A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z


Noms propres étrangers

La règle que recommande en cette matière M. Meile, professeur à l'Ecole des langues orientales vivantes, à Paris, et qu'observent en France les défenseurs du bon usage, est de suivre l'orthographe phonétique adoptée par les voyageurs français du XVllle siècle : elle consiste à reproduire la prononciation indigène, à la française : Chang-Haï, FouTchéou, Mascate. Les Anglais appliquent le même système, mais avec leur orthographe propre, ce qui est normal : Shang-Haï, Foo-Chow, Muscat. Notre erreur — et notre ridicule — est de copier des orthographes phonétiques étrangères. Exemple d'actualité : Tokyo, au lieu de Tokio (qui se prononcerait, en anglais, « Tokaïo »).
On écrira donc : la conférence de Bandoeng (et non Bandoeng) ; M. Soukarno (et non Soekarno) ; Istamboul — ou Stamboul — (et non Istanbul) ; Tokio (et non Tokyo) ; etc.

Numéro de la ficher : 4
Mois : Novembre 1960
Téléchargez la fiche