A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z


G├ęsir

Entendu à la télévision : « Des centaines de corps giseraient en pleine rue… »

Quoique la forme giserait ait été employée par Marguerite Yourcenar (de l’Académie française) le verbe intransitif défectif gésir ne s’emploie guère qu’au présent et à l’imparfait de l’indicatif et au participe présent.

Gésir, du latin jacere « être étendu, être couché », spécialement être couché dans la tombe, d’où la formule d’épitaphe « ci-gît ». Substantiv. Un gisant : statue du défunt, représenté couché.

Fig. : être étendu sur le sol. « Les feuilles qui gisaient dans le bois solitaire…» (V. Hugo).

Le dérivé gésine (vieilli) signifiait autrefois « accouchement », les couches de la femme: « La terre, tout ainsi qu’une femme en gésine» (Ronsard).

(Défense du français, N° 589, octobre 2015)

Numéro de la ficher : 589
Mois : Octobre 2015
Téléchargez la fiche